12 octobre 2006

Clichy, Dimanche 8 octobre 2006

Je n'ai pas compté les heures, je n'ai pas compté les jours inactifs que j'ai pu passer (car j'ai pas le temps pour mes conneries), ni même les jours que je vais passer à taffer, en étant le plus sérieux du monde. Je me posais des questions connes, car si je passais aux questions sérieuses, je risquais de commencer l'angoisse. Je l'ai déjà dit mais ce n'est pas l'université qui m'angoisse, j'ai vu le système et il me plait, en fait c'est moi même qui me fait flipper. Moi même et les autres, qui ne me reconnaîtrons absolument pas, ni prof ni élève, qui n'auront rien à redire sur mon choix de redoubler. Mais j'ai cette angoisse d'avoir commis une erreur.

Et s'il n'y avait que ça pour m'angoisser, j'aurais pu dormir tranquille, seulement il y a des mauvaises nouvelles en stock. Et demain il va falloir avoir le courage de le dire. Mais je passe la nuit à retourner tout dans ma tête, la rentrée, les nouvelles à donner, des questions et des doutes. Je le sens déjà moins ce lundi ...

Posté par doofy87 à 00:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Clichy, Dimanche 8 octobre 2006

Nouveau commentaire