04 juin 2007

Les voyages déforment le sommeil de la jeunesse

demi_rugby_007_copieLa partie transport, la plus laborieuse assurément. Moins endurante qu’il y a deux ans et le trajet jusqu’à Edimbourg en car. Plus de douze heures pour y aller et autant pour en revenir, avec une défaite. Là c’est mieux sans être génial non plus : sept heures pour rejoindre bordeaux, des pauses toutes les deux heures. C’est marrant les arrêts pipi quand il s’agit de huit cars en même temps. Des cars floqués de rose pour bien montrer la raison de ce déplacement massif. 

demi_rugby_020_copie


demi_rugby_015_copieMais des cars toujours aussi inconfortables. Dur de dormir dans ces trucs aussi douillets que des cercueils (me demandez pas pour la comparaison, chacun ses expériences), d’autant plus quand on joue les planqué dans le fond du car et qu’on se retrouve sans rien à boire à côté de pingres qui boivent comme ils veulent, qui s’amusent et qui rient. Ils sont sympas mais pas partageur. Bizarre, j’aurais juré entendre des propos d’extrême gauche chez certains, m’enfin faut pas chercher des fois.

demi_rugby_016_copieComme à chaque fois dans les déplacements longs, la DS est une alliée précieuse. Surtout les parties de solitaire, auquel je n’aurais jamais autant joué que pour ce trajet vers Bordeaux. Au long de l’autoroute on a eu droit à deux types de phénomènes. D’abord les phénomènes rapides : une série impressionnante de Ferrari (pas toujours rouge) allant vers on ne sais où (les plus calés en géographie et sports autos ont jugés que c’était pour les 24 heures du Mans, je vous laisse vérifier sur une carte et un agenda …). Et des phénomènes bruyant, du type klaxon, aux couleurs de Paris ou de Biarritz, les uns étant applaudis et les autres traités de voyous (mais amicalement évidemment, esprit rugby toussa …).

demi_rugby_043_copieMais par tous, car on avait dans nos rangs quelques infiltrés adverses, aux couleurs rouges et blanches, qui grâce au phénomène que l’on appelle fair play (chose étrange inventée par les anglais, et respectée par les autres uniquement) pouvaient partager nos cars pour aller voir aussi la demi finale, et ce sans animosité. Juste du chambrage bien légitime.

demi_rugby_045_copieHeureusement pour eux nous avons gagné, car j’imagine mal 5 pauvres supporteurs biarrots nous narguer pendant sept heures, de nuit. Un arrêt aurait pu leur être fatal. On ne sait jamais, ce n’est pas agréable de se retrouver paumé dans une station service en pleine nuit parce qu’on a fêté une victoire seul ^^

Au final j’ai dû enchaîner ce trajet crevant par une journée chez Mickey, ce qui eu le bénéfice de m’achever dès 22 heures, et de me laisser dormir et récupérer jusqu’à 16 heures. Je sais c’est dur la vie de marmotte chômeuse …

 

Posté par doofy87 à 05:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les voyages déforment le sommeil de la jeunesse

Nouveau commentaire