15 juin 2007

Mon Jour le Plus Long [2ème Partie]

MJPL_017_copieHere We Go comme dirait le Hermes House Band. Je vous ai laissé dans le RER, transpirant et entassés. Je vous retrouMJPL_019_copieve dehors au frais et en direction du Grand Stade comme on disait avant 1998. Le parcours vers le Stade est jalonné de supporteurs montferrandais. Du jaune et du bleu partout, mais aucune trace du Bibendum, pas même un pneu en vue, mais alors du rose et des fleurs de lys, à s’en faire claquer la rétine.

MJPL_033_copie

MJPL_025_copieLe parcours est aussi jalonné de blanc, avec des jolies damoiselles dedans ^^, qui donnent plein de trucs inutiles. Du Skip, du PMU, des badges et des machins qui servent à rien. Mais elles sont canons et ont un grand décolt… sourire, alors on prend.Puis l’attente pas loin de notre tribune, car les places et ceux qui vont avec (ma mère et Alain) ont du retard. Donc on s’occupe comme on peut, avec une bouteille écrasée pour jouer au foot, à motiver un mec qui ne l’est pas pour aller aborder une demoiselle en face. J’te jure, faut tout leur faire …

A l’arrivée enfin des vieux et des places, il est temps de se diriger vers nos places, bien placées, bien en place dans la tribune, mais sans laisser la place aux bières, car l’alcool c’est bon, mais pas devant un carré de pelouse, parait que ça porte malheur, genre une amende ou une expulsion du stade.

MJPL_038_copieLe Stade de France semble bien parti pour se parer à moitié de rose. Ca change de 2004 où le rouge et or dominait. Les effets vainqueur, dieux du stade et maillots fantaisie. Et comme un hommage aux tentatives réussies de Max Guazini MJPL_053_copie(président du Stade Français) pour animer les rencontres de rugby parisien, la finale (non organisée par Paris faut il le préciser ?) se dote d’un invité lors de l’entraînement des joueurs : Cerrone. Cerrone ça fait du bruit, ça braille en anglais et personne ne lui réponds (m’enfin parait que c’est pas lui qui braille).

 

Annonce des joueurs Parisiens
envoyé par doofy87

MJPL_163_copieL’ambiance à l’entame du match est grandiose, du rose partout, ça crie un peu, mais l’absence de chants connus et mythique se fait gravement sentir. Malgré tout on pousse notre équipe, et puis au rugby la moindre approche des joueurs sur les en buts fait se lever tout le monde et crier juste pour soutenir et pousser notre équipe à attaquer ou à défendre. Il manque donc juste un peu d’ambiance dans les moments mous, car « Le Stade » ce n’est pas assez comme chant …

MJPL_132_copieEt la première mi-temps est indigne du Stade Français, j’ai beau mitrailler de photos et tout prendre en vidéo, rien n’est bon. Ma petite chance de Bordeaux où j’ai pu prendre le premier essai en vidéo n’est plus là. 9-0, peu ou pas d’action, le public qui perd une bonne dose de motivation. Et au retour des vestiaires les parisiens se prennent une autre pénalité dans les dents. 12-0, et cette fois je m’en fout, je part à la buvette (vide) pour me prendre un sandwich. J’en profite machinalement pour ranger mon appareil photo dans ma poche.

 


3 points ratés
envoyé par doofy87

 

MJPL_173_copieEt en revenant m’asseoir, le méga sandwich bourratif dans mes mains, je prends simplement le temps de voir le Stade Français revenir difficilement, à base de coups de pied. 3 points par ci, 3 points par là. 15-6, ce n’est pas encore ça mais au moins on est plus Fanny.

Et là enfin la délivrance, les yeux hésitant à fixer l’action en vraie mais si loin, ou bien sur les écrans retransmettant les images de la télé, le zoom aidant beaucoup. Et donc notre équipe qui pousse enfin, je scrute les réactions des joueurs, des supporteurs d’en face qui voient mieux, et des arbitres (entraînement régulier depuis 4 ans au Parc des Princes). Et enfin les cris de joie, de vraie joie, celle des essais, et les drapeaux qui flottent. Notre futur ex parisien, Pichot l’argentin, vient inscrire un dernier essai en finale, comme un cadeau d’adieu pour un club dans lequel il aura énormément vécu. L’espoir revient. Et en bon supporteur superstitieux, je fais un rapprochement immédiat entre mon appareil photo et la réussite de l’équipe. Ne cherchez pas à comprendre, ça me poursuit depuis ma première saison d’abonné au Psg.

La fin de la deuxième période est flippante. On domine puis à une poignée de minutes de la fin ils repassent devant. Mais notre équipe n’a pas dominé le championnat régulier de la première à la dernière journée pour rien. Nous méritons plus que quiconque cette victoire, ce bouclier. Et notre tignassé Samo qui vient inscrire le dernier essai. Une moitié du stade exulte. L’équipe n’a plus qu’à garder et le ballon et …

 


Fin de la Finale Stade Français - Clermont
envoyé par doofy87

 

MJPL_310_copieOn gagne enfin cette finale ! Je suis déjà debout sur mon siège, filmant difficilement, entre les drapeaux roses, la cavalcade de nos joueurs sur le terrain pour se jeter dans les bras les uns les autres. J’hurle tout ce que je peux, autour de moi tout le monde me copie … Pouah ! Je vous laisse en photos et avec mes vidéos, car là j’ai enfin pu reprendre mon appareil sans peur de porter la poisse.

Lever de bouclier du stade français
envoyé par doofy87

MJPL_224_copie

MJPL_052_copie MJPL_054_copie MJPL_056_copie MJPL_103_copie MJPL_197_copie MJPL_308_copie MJPL_334_copie MJPL_339_copie

 MJPL_268_copie MJPL_342_copie MJPL_341_copie

MJPL_225_copie

Posté par doofy87 à 06:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Mon Jour le Plus Long [2ème Partie]

  • "avec des jolies damoiselles dedans ^^, qui donnent plein de trucs inutiles. Du Skip, du PMU, des badges et des machins qui servent à rien. Mais elles sont canons et ont un grand décolt… sourire, alors on prend"

    les hommes sont decidement trop faibles :p

    Posté par Mandi, 20 juin 2007 à 13:58 | | Répondre
Nouveau commentaire